Nous vous prions de nous excuser pour la gêne occasionnée

Bon, vous savez qu’ici à la Fucking Kermesse, ça ne coûte pas plus cher de bien podcaster, mais parfois du coup, y a des couilles dans les .mp3, comme ce mois-ci.

J’imagine que vous êtes des légions d’auditeurs en délire à attendre la FK#6, et c’est cool, mais elle ne vient pas, elle se fait attendre, et lentement, mais sûrement, vous perdez goût à la vie, vous perdez même goût aux vits, et pourtant dieu sait que vous aimez ça, mais bon passons.

En fait c’est très simple : Elle est finie depuis fin août, enregistrée et tout, même qu’elle porte sur le survivalisme et qu’elle est super, mais hélas, vous ne l’entendrez a priori jamais.

BIM ! PLOT TWIST !

Pourquoi ?

Parce qu’on avait pas le même matos que d’habitude, on avait un matos beaucoup plus classe, sûrement trop classe pour nous, et du coup on a pas vraiment su s’en servir. Zasa ne sait pas tenir son micro donc on l’entend une phrase sur cinq et moi je « pop » à toutes les phrases parce que j’avais pas de bonnette. Bref, le son est immonde. On a jamais eu une qualité exceptionnelle, mais ça reste toujours écoutable sans trop de frustration, et là c’est clairement pas le cas.
C’est pourquoi même si le podcast est bouclé depuis longtemps, il n’y aura pas eu de FK en septembre.
On est désolés, ça nous emmerde autant que vous, mais mieux vaut attendre un peu et pas être déçu qu’écouter un truc super moche qui vous détruirait les tympans, vous ne pensez pas ? Nous, si. Et nous, nous nous, c’est le goût.

La prochaine FK est enregistrée dans une petite semaine, et on va se dépêcher de la monter pour vous la livrer le plus vite possible, et voilà. On est pas feignants ou démotivés, juste un peu cons.

On vous embrasse, et Massimo aussi

1487177-prix-special-exclusif-massimo-gargia-950x0-1

PS : Si on vous manque un peu trop, Stevaine et moi-même faisons souvent un tour dans le podcast de si vous aimez Doctor Who et que vous suivez la Saison 8

Cheers !

Stavroguine

La FK #5 : KItsch et Science-Fiction avec Alexis (et un peu trop de rhum)

A télécharger sur Podcloud

L’épisode était en retard et ce billet l’est encore plus, mais comme le disait Pascal dans la Pensée 18 « azy me faites pas chier c’est bon putain je vais le faire ». Un grand homme ce Pascal.
Alexis a accepté de se prêter au jeu du Carnet de Bord, alors on le lit attentivement et on lui fait un bisou sauf si on est moche

Le Carnet de Bord de la FK

Salut à tous !

Ici Alexis de Whoniverse.fr, invité d’honneur de cette Fucking Kermesse n°5 !

Dans ce numéro, on vous parle de Science-Fiction, de Kitsch et de Doctor Who. Au travers de quelques textes courts (parce que OUI, j’ai la flemme d’écrire) je vous propose de revenir sur cette expérience incroyable. Oui oui, incroyable.

1. Contact

Stavro me contacte, via le Livre-Visage, pour participer au cinquième numéro de la Kermesse. Après de multiples arguments tel que « Alexis, tu es l’élite du podcast français » ou encore « Alexis, tu as une superbe voix » j’accepte de venir. Ce n’est que bien plus tard que je vais découvrir qu’il s’agit en réalité d’un guet-apens pour me conduire du côté obscur de la force.

2. Rendez-vous avec Rama

Alors que j’attends paisiblement devant l’immeuble, un pack de bière à la main, arrive le premier chevalier de l’apocalypse du podcast : Stevaine. Après une brève discussion, je tire mes premières conclusions : cet homme est calme, on lui donnerait le bon Dieu sans confession, seulement… le Malin semble sommeiller en lui. Le démon n’est pas loin : en le titillant un peu, il semble pouvoir sortir de ce corps à tout moment. J’accepte de le suivre vers ce qui va devenir une véritable descente aux enfers !

3. Danger, planète inconnue

La cave de l’apéro doit sans doute être une maison test pour location américaine comparée à l’appartement de Stavro. La fureur du démon y est omniprésente. Au sein du chaos semble finalement régner un certain ordre : les livres d’un côté, les jeux vidéos de l’autre et enfin les bières. L’accueil est plutôt agréable, l’alcool coule à flot… Telle une pucelle je me laisse faire, je fais connaissance avec l’équipe, et je m’attends au pire : le podcast.

4. La Mort en direct

Par honnêteté intellectuelle, je ne divulguerai pas les secrets de l’enregistrement du podcast. Sachez juste qu’il y a des petits chinois qui font le boulot. Contrairement à chez Whoniverse où la préparation est le nerf de la guerre, l’improvisation est ici reine. Le Rhum semble être le fluide corporel nécessaire à l’enregistrement qui je dois l’avouer est finalement plutôt très bon. On y parle intelligemment de science-fiction sous différents supports et son aspect kitsch. Ma présence oblige les autres à me poser quelques questions sur Whoniverse et Doctor Who. Le résultat est plutôt satisfaisant : nos propos peuvent être compris par une partie non négligeable des primates de cette planète.

5. Au-delà du réel

Alors que je pense ma soirée terminée, les membres de la Fucking Kermesse me décide à la poursuivre dans un bar. Après avoir emprunté ce long transport en commun souterrain qui sent l’urine et les usines pétrochimiques soviétiques, nous arrivons enfin à destination. C’est alors que la soirée part en vrille, que les verres s’enchaînent jusquu’à que l’un des membres de la FK abandonne. Malgré tout, cette personne, dont je tairai le prénom, repart la tête haute après avoir prononcé à une demoiselle en détresse : « laissez-moi vous faire un baisemain avant de vous baiser autre chose ».

6. Les Rescapés du futur

Après un fast-food (qui était TRÈS LOIN d’être fast) salvateur, nous commençons notre marche à travers Paris de nuit. Telle la Horde Du Contrevent nous traversons des contrées inhospitalières qui finissent tout de même par nous conduire à nos lits. Finalement j’ai passé une très bonne soirée aux côtés des membres de la Fucking Kermesse. J’espère que vous apprécierez autant le podcast que moi ma soirée.

Je vous laisse à votre écoute, et peut être à bientôt pour vous raconter l’histoire du vol d’une salière dans un kebab et d’une valise dans la rue… #TrueStory

Alexis

Message à caractère informatif #1

Une petite mise au point sur l’évolution du bordel.

Bon, déjà quatre numéros, un cinquième déjà enregistré qui sort le mois prochain, tout ça avance à bon train, et pourtant on est toujours pas sur Itunes, qu’est-ce que c’est qu’on branle vous demandez-vous peut-être ? C’est pas à cette vitesse qu’on aura des mugs FK pour boire notre Pastis pour se réchauffer quand le frimas freezera nos fringantes frimousses !
Eh bah c’est compliqué. Vu qu’on est des branques, on a proposé notre podcast à Itunes en l’appelant la F*cking Kermesse et il n’a pas été dupe puisqu’il nous a refusé, sûrement à cause de notre titre vulgaire. Autant dire qu’on est bien baisés.
Ceci dit tout n’est pas perdu, il y a bel et bien un flux RSS, là :

http://feeds.soundcloud.com/users/soundcloud:users:88436860/sounds.rss

Si vous accolez ce beau lien dans votre Itunes  eh bien vous devriez être abonnés à la FK !

Oui je sais c’est à l’ancienne et absolument pas 2.0, mais vous attendiez quoi de notre part ? On est pas des cracks, on y connait rien, on vient du terroir merde ! J’ai grandi en Beauce j’ai le droit de pas comprendre les tenants et aboutissants du RSS ! Je parle même pas de J2, qui aux dernières élections s’est fait virer du bureau de vote parce qu’il gênait tout le monde à crier « JE NE TROUVE PAS LE BULLETIN DE MR. JOSPIN, IL Y A UNE ERREUR, C’EST IMPOSSIBLE ! ». Il n’y a guère que Stévaine, notre technicien autodidacte, qui y pane quelque chose, mais ce n’est qu’un homme et bon, voilà quoi.
Si vous avez des solutions, idées, propositions, hésitez pas !

On est toujours downloadables sur Soundcloud, vous pouvez vous abonner à l’ancienne via le flux RSS qui est là, ON EST SUR PODCAST ADDICT (l’appli android de podcast) via une simple recherche smple et efficace,, sur Podcast France (eh ouais les gars !) et EN PLUS on est sur Podradio ! ALORS QUOI ?

Et ouais les gars ! Le jeudi à 7h15 et le Samedi à 10h15, que vous rentriez bourré de soirée ou que vous vous apprêtiez à faire face au monde qui afflue vers les RER, nous serons là pour vous, grâce à cette webradio spécialisée dans le podcast qui a eu le bon goût et la gentillesse de retenir notre candidature.
Bref, on galère, mais les choses avancent, et on fait tout pour.

En attendant, on va continuer à alimenter le blog (serait temps qu’on fasse des articles autres que ceux qui annoncent les épisodes) et à enregistrer des numéros, donc si vous nous aimez bien, paniquez pas, on tient la cap, direction le Grand Nord, à la recherche de l’esprit originelle de la Kermesse !

Oui bon ça va, je me calme.

Salut,

Stavroguine

4327798-jospin-s-attaque-au-cumul-des-mandats-apres-l-ete

La FK#4 : Bruce Willis chauve le monde

A télécharger sur Podcloud 

Elle est là ! La nouvelle FK ! Y a du soleil et des nanas, laladirladada ! Chouettos !

Le Carnet de Bord de la FK

Déjà quatre numéros ! C’est beau ! Un jour peut-être qu’au lieu de regarder le Panthéon par la fenêtre du McDo Luxembourg je finirai par y rejoindre mes alter-ego radiophoniques, ces Laurent Baffie et autres Enora qui ont su faire vibrer des générations entières d’auditeurs, comme moi, ouais.

Bon. En vrai c’était un peu la galère ce numéro, on l’a repoussé parce que c’était en plein pendant l’écriture des mémoires et tout et on a fini par l’enregistrer un aprèm à la cool, chez moi, alors que Zasa se cassait le lendemain toucher des seins californiens et que moi j’entamais un job d’été aliénant où je dois porter des mocassins.
Autant dire qu’on était un peu fatigués mais on a quand même fini par le faire, par s’amuser, la bière aidant, et on espère que ça vous plaira aussi. On a mis du temps à l’apprécier et longtemps j’avais peur qu’il soit un peu pourri, ce quatrième épisode, mais à la réécoute il n’est pas si mal, finalement, hein, dis ? (/attentionwhore)

C’est sûr que c’est un sujet plus dur à aborder que les nains, où il est facile de sombrer dans l’anecdote plutôt que l’analyse, mais je pense qu’on arrive à dire deux trois trucs intéressants, à un moment, peut-être. On est parti là-dessus parce que les cheatcodes on savait vraiment pas comment aborder ça. J’ai vachement envie de parler de jeux vidéos dans la FK, et les autres aussi je crois, et ç’a m’aurait fait chier qu’on se plante sur le premier sujet en rapport avec le vidéoludisme qu’on aborde, alors on s’est déporté sur une valeur sûre : Bruce Willis.

Il faut savoir que Stévaine se pignole sur le crâne chauve depuis plusieurs années et que je l’ai déjà surpris en train d’essayer de jouer de l’harmonica en Marcel pour se rapprocher de son idole. Il a toujours rêvé d’être un redneck. Quand on parle du Texas il a des étoiles dans les yeux et je suis sûr que si ça existait encore, il s’inscrirait à Interville juste pour se rapprocher un peu plus de cet horizon de vachettes qu’il espère un jour tenir entre ses mains.

Voilà voilà.

Cette émission c’est aussi le grand début du quizz, un truc que j’aimerais bien refaire et pourquoi pas instaurer si j’arrive à trouver des règles cools et un concept aussi alambiqué que feu le Burger Quizz, ce monument télévisuel qui restera à jamais dans nos coeurs. On a déjà tenté de faire un quizz en off et c’était un peu nul, là ça commence à prendre forme et j’espère qu’à terme on pourra vendre notre concept à Arthur ou Cyril Hanouna pour se casser dans les montagnes apprendre le kung-fu avec le flic de Shangaï.

C’était un franc moment de camaraderie, comme à chaque fois, et c’est vrai qu’avec seulement quatre épisodes au compteur on a l’hymen qui frétille encore un peu quand on se rend compte qu’on fait du podcast. Bref, c’est cool, cool cool cool.

Espérons que ça vous plaise aussi.

Bisous,

Stavroguine

flic-de-shanghai-tv-98-07-g

La FK#3 : Nanisme et Onanisme

A télécharger sur Podcloud 

Le carnet de Bord de la FK

« Le bardot, comme les nains, a une verge très grande. »

Aristote, Histoire des Animaux, livre VI, chapitre XXIV.

Fort de deux émissions diffusées, d’une culture grandissante dans le super sentai et dans le gore, nous voulions, comme Aristote, investiguer sur ces hommes qu’on appelle « nains ». Stavro, en premier lieu, à proposer le sujet (c’est à cause d’une paraphilie obsessionnelle). Quand on parle de « nain », l’esprit barbiturique de la FK impose de se demander de quoi on parle : qu’est-ce qu’un nain ? Peut-on encore parler de nain après Fort-Boyard ? Sur un nain, où se trouve la bite ? Tant de questions sans réponse… Un constat soudainement nous frappa : il existe au moins deux types de nains : ceux des lancers de nains et des émissions de tv racoleuses (Tellement Vrai, Confession Intime, ou les Enfoirés) ; ceux des geeks, du Seigneur des Anneaux, du Donjon de Naheulbeuk, le nain qui sent à 3 km le JDR interminable avec un MJ tatillon. Voilà donc notre sujet. Stavro s’est tout de même senti obligé de nous parler de nains et de bites, dans une règle 34 à vomir (c’est son côté Aristotélicien).

Nous voilà donc parti, après une réunion Skype interminable durant laquelle Zasa jouait avec son micro comme Jacquouille la Fripouille avec un téléphone, pour s’enfiler des kilomètres de nains sous toutes les formes et tous les supports. La Fucking Kermesse est tout de même la première sur la transmédialité. C’est ainsi que nous nous eûmes mis en route pour investiguer dans les contrées nanesques. « Hervé Claude, Jean-Claude Narcy, faites place, ténors du journalisme ! ». On a regardé des séries brillantes et des séries chiantes, des films merveilleux et d’autres ennuyeux, et… et c’est à peu près tout je crois. Ah oui, Stavro a bouffé du porno nanique (pas plus que d’habitude), Zasa a fait semblant de travailler une chronique juridique, et J2 a investigué (pour le podcast, dit-on) du côté du nanisme et de l’homosexualité. Quant à moi, j’avais la lourde tââââche de m’occuper de la Vie Patrick, l’esprit du podcast, sa péroraison. Ce n’était pas tout à fait ma défloraison, puisqu’on n’a pas diffusé toutes les émissions, mais c’était ma première fois en public. Ça fait toujours un peu bizarre.

On a donc commencé gentiment pas un Roul’Plato©, un concept fort breveté FK®, avant de tenter de distinguer les deux types de nains ; mais tout n’est pas si clair. Et puis après tout, « ça ne compte quand même que pour un » comme le disait Gimli. J’avais eu l’idée stupide d’acheter des cacahuètes que je croyais à 1€, mais en fait c’était 7€, or il ne faut pas mettre dans même pièce J2 ou Zasa avec des cacahuètes et un micro. Ca explique que je me suis cassé les c*** à la postprod pour retirer les bruits de mastication. Depuis la bouffe est interdite, sauf quand y’a des invités. Quoiqu’il en soit, après des tonnes de culture, des chroniques perturbantes et un Vie Patrick particulièrement œcuménique, on annonce le thème de l’émission suivante : les cheats-codes (et en fait, on n’a pas fait ça). De rien, merci, au revoir monsieur-dame.

Stévaine

FK #2 : Supah Sentai Kermessurangers

Bl0Hx6YIMAA8PJn

A télécharger sur Podcloud 

Le Carnet de bord de la FK

Stevaine est un pote de Fac avec qui on tchatche pas mal, surtout autour d’un riz-poulet-Crous dégueulasse, et souvent après 4 heures d’épistémologie non-phénoménologique de la perception. Toujours prêt à partager avec son prochain, le romantique Stevaine m’a invité à écouter le premier épisode du podcast qu’il venait juste d’enregistrer avec quelques potes : « On a fait un pilote d’émission sur la pop-culture, on essaye de dire des trucs intéressant avec un maximum de conneries dedans, mais surtout on se marre à le faire et c’est cà l’essentiel ! ». Moi, les seuls podcast que j’avais écouté c’était les redifs de Laure Adler sur France Culture. J’ai écouté cinq minutes le premier épisode de leur émission sur le gore et j’ai trouvé qu’en dehors d’être des gros abrutis débitant un flot de conneries aussi énorme que le Gange pendant le fameux mois de chiasse, le ton accompagnait finalement assez bien leurs quelques intrusions sporadiques dans le monde du Logos.

Apprendre des choses en s’amusant, ca a toujours été mon dada –comme le tiercé pour Omar Sharif. Depuis Fred et Jamie jusqu’à La carte au trésor de France 2, le sens de l’amusement culturel sur le service public a toujours été pour moi une grande passion. Je suis d’ailleurs double champion du jeu des 1000 euros sur France Inter, ce grand moment de culture ludique qui amuse les français depuis l’année 1958 (ce qui est presque mon année de naissance). Mon père est d’ailleurs prof de métallophone  ! Fort de mon expérience en la matière, j’ai tout de suite proposé à Stevaine et Stavro – qui m’avait été présenté dans l’intervalle – de suppléer à leur manque flagrant de verbiage et d’auto-contradiction.

Je fus donc introduit dans la bande – et dans Zasa – pour le second épisode sur le Super Sentaï dans lequel, on le voit tout de suite, ma présence apparait cruciale. Je marquais d’emblée l’histoire du podcast en proposant une news de 28 minutes dont on ne saura jamais de quoi elle traitait (et qui nous fera abandonner le thème de la News au profit du magnifique concept de Roul’Plato introduit par Stavro à l’occasion d’une Vie-Patrick hilarante). Néanmoins le ton de mes intervention digne du plus grand Laurent Romejko, ainsi que ma chronique déjà culte, catapulteront l’émission dans la cours des glands radiophoniques. Le reste de l’émission n’est qu’éclats de rire avisé ; blagues border-line mais toujours debonton, anecdotes sucrées-salées, commentaires éclairés et chroniques endiablées ; tant l’équipe semble s’être métamorphosée en un véritable quatuor pratiquant son meilleur Schubert.

J2.

FK #1 : Le Gore, Philippe Bouvard de la mort

Le Carnet de bord de la FK

Ce premier podcast, on l’a diffusé il y a deux mois à l’heure où j’écris ces lignes, donc vers mi-avril 2014, mais vous vous doutez bien que ça nous a pas pris comme ça, d’un coup, et qu’il y a une genèse que je m’en vais vous expliquer, si tant est que ça vous intéresse. Au pire, ça fera un souvenir embarrassant sur lequel je retomberai dans quelques années, c’est toujours ça de pris.

Comment on en vient à faire un podcast ? J’sais pas. Je sais juste qu’à force de passer mes journées à en écouter, que ce soit dans le RER ou dans mon lit avachi entre un cendrier et une boîte de kebab vite qui traîne, je me suis dit : mais mec ! toi aussi t’es marrant mec ! fonce ! y a pas de raisons que ce soit un repère de blanc-bec ! (oui, je me parle avec la voix française d’Eddy Murphy dans Un Flic à Beverly Hills, et alors ?). Pris par cette idée farfelue, j’en ai parlé à Stevaine autour d’une ou plusieurs cigarettes, et vu qu’il est d’un naturel enjoué et toujours prêt à soutenir ses potes il m’a dit un truc du genre « Ouais, on peut le faire, ça sera sûrement de la merde, mais bon »

Vous savez quoi ? Il avait raison.

On s’est octroyé les services de Zasa, toujours partant lorsqu’il s’agit de dire de la merde, et on a fait notre épisode pilote sur les zombies, chez moi, un dimanche soir, avec des bières et de la pizza. Ce premier enregistrement fut long et éreintant et le résultat était particulièrement chiant ! On aurait dit un Hors-Série de France Culture avec moins de fond ! On listait plein de références, on se prenait au sérieux, on était timides, tout ça. Bref, vraiment nul.

Du coup, on a réenregistré tout l’épisode pilote, en gardant notre thème (Les Zombies) et…c’était un peu moins nul. Un peu seulement. On faisait plus de vannes mais on galérait encore un peu. Heureusement, vu qu’on a beaucoup de temps à perdre et que raconter de la merde est un véritable sacerdoce pour nous, on a retenté le coup avec un épisode sur le gore, et BIM ! C’est ainsi que l’épisode pilote est né. Bon, il est loin d’être parfait, mais dites-vous qu’on revient de très loin ! C’est une sorte de petit miracle qu’on l’ait diffusé, que des gens l’aient écouté et que ça leur ait plu ! Bon, ce sont essentiellement nos potes qui ont écouté ça, et c’est toujours le cas, mais c’est déjà ça, et puis ça nous donne un peu de profondeur de dire aux gens qu’on est podcasteurs. C’est vrai quoi, tout de suite on pense à Norman, Cyprien et à tous ces autres grands noms désormais inscrits en lettre de feu au Panthéon de la Culture. Sauf qu’eux ne parlent pas de prolapse, ces pisse-froids.

On a encore pas mal de trucs à améliorer, mais ce pilote moi je l’aime bien. C’est avant tout un après-midi entre potes passé à tiser et à raconter n’importe quoi. Peu importe le résultat ou la hype sur laquelle ça débouche (ou pas), le pari est déjà réussi. Même si j’aimerais bien niquer des meufs et manger de la ouiche, je vous le cache pas.

Voilà, c’était un petit journal de bord lié à ce numéro pilote ! Hésitez pas à laisser des avis, des insultes ou des lettres d’amour en commentaire, on répondra sûrement.

Bisous !

Image

Stavroguine